Haut Potentiel, DYS, TDA/H

lm sophorsens

Qu’appelle-t-on “enfant précoce” ?

Haut potentiel, surdoué, intellectuellement précoce, hypersensible, zèbre…

Quel que soit le terme employé, la précocité de votre enfant a été déterminée par un psychologue ou pas. Et vous vous demandez désormais comment gérer cette différence. Pour mieux l’appréhender en tant que parents, il faut commencer par bien la comprendre.

« Ils n’ont pas une intelligence quantitative supérieure, explique Jeanne Siaud-Facchin, psychologue qui a suivi et étudié de nombreux surdoués. Ces petits zèbres, comme j’aime à les appeler, ont un raisonnement différent, qui mêle une intelligence qualitativement singulière et une émotionnalité tout aussi particulière. »

De façon générale, ils ont besoin d’être sortis de leur bulle d’isolement. Il faut surtout éviter de les réduire à leur précocité ! Sinon ils risquent de devenir asociaux et imbus d’eux-mêmes. S’ils sont au courant de leur spécificité, à nous de leur préciser que ça n’est qu’une composante de leur caractère… On n’est pas une belle personne parce qu’on est surdoué !

slider1.jpg

En effet, leur amygdale, décodeur des émotions dans le cerveau, est quant à elle plus vulnérable. « Ce ne sont donc pas des enfants qui pensent froidement, avec une logique implacable. Chez l’enfant surdoué, l’affectif est présent partout et tout le temps. L’ingérence affective est également repérable dans le fonctionnement intellectuel. L’hypersensibilité et l’hyperesthésie de l’enfant surdoué, c’est à dire le développement exacerbé de l’ensemble de ses sens, expliquent en partie cette surcharge émotionnelle. L’enfant surdoué est une véritable éponge émotionnelle. C’est un enfant aux réactions épidermiques, avec une sensibilité à fleur de peau.», explique la spécialiste.

L’élève à haut potentiel a été repéré pendant longtemps sur le seul critère d’un QI supérieur à 130. Aujourd’hui avec les nouveaux tests proposés, on peut définir des profils particuliers. Certains de ces enfants sont atteints de troubles spécifiques des apprentissages, c’est pourquoi on reconnait aussi maintenant les troubles DYS : dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysgraphie, dyspraxie, dysphasie, dysexécutif et trouble de l’attention…). Le diagnostic doit donc tenir compte de plusieurs aspects : psychométrique, psychologique, scolaire, médical…

Ils sont à fleur de peau ? En proie à une empathie démesurée ? Tristes ou colériques ? Aux parents d’en tenir compte. On oublie trop le fond mélancolique de ces enfants, souvent bien plus lucides sur le monde que les autres. Il est important de recueillir leurs états d’âme, mais aussi de les entraîner vers le positif, en leur demandant, par exemple, de lister tous les soirs trois sources de joie qu’ils ont éprouvées pendant la journée. S’ils sont colériques et impatients, à nous de leur apprendre à gérer la frustration. Poussez-les à s’exprimer…

Comment agir avec son enfant HP ?

Il faut être très attentif à ne pas faire subir à ces enfants-là une pression quelconque d’excellence ou de réussite, dans quelques domaines que ce soit. En effet, comme n’importe quelle différence, la douance peut être une grande richesse mais peut aussi générer pas mal de de fragilités et de souffrances. « Les parents doivent donc bien comprendre qu’il s’agit d’une singularité, pas d’une chance ou d’une faiblesse. Ces enfants-là vont avoir un rapport à leur parent, à la famille, à l’amitié, à l’école tout simplement différent et si les parents le comprennent, les accompagner devient beaucoup plus fluide », d’après elle.

Les enfants HP,HPi, zèbre, sont très souvent beaucoup plus inquiets et plus angoissés que les autres enfants. Comme ils ont besoin d’être beaucoup plus rassurés, ils vont chercher à sentir chez les adultes qui les entourent qu’ils peuvent avoir confiance en eux et compter sur leur soutien. Donc à leur façon ils vont tester les limites pour voir si l’adulte est toujours digne de confiance et solide. Soyez attentifs à leurs besoins.

Pour établir cette confiance, l’honnêteté et l’intégrité sont nécessaires. Ainsi, lorsque cette précocité est diagnostiquée, il est important d’en parler en toute transparence avec votre enfant. « L’enfant surdoué a besoin de savoir qui il est pour trouver où il va. Il en a besoin pour se construire : si on ne lui explique jamais que sa manière différente de raisonner vient du fait qu’il est surdoué, c’est d’une extrême violence », insiste la psychologue Jeanne Siaud-Facchin. Pour autant, il ne faut pas lui dire qu’il est exceptionnel et le survaloriser. Vous pouvez simplement dire la vérité aux enfants, ils sont en mesure de l’intégrer et ainsi mieux gérer leur différence.

Être HP c’est être différent tout simplement. La gestion du quotidien peut s’avérer difficile pour les parents. L’enfant n’aura pas toujours les réactions attendues. Elles seront souvent de « trop », et excessives. A ce moment-là, ne minimisez pas, et ne lui rappelez pas que « c’est parce que tu es trop sensible… ». Mais plutôt prenez le temps de voir son point de vue et restez dans l’ouverture et la compréhension.

Les surdoués sont des enfants intrinsèquement curieux et ouverts au monde. Ils sont en alerte permanente sur ce qui se passe autour. Toutefois, ils n’ont pas besoin d’être stimulés, car au final, ils s’auto-stimulent déjà suffisamment. « La grande richesse des surdoués vient de ce que l’on appelle la pensée divergente. Elle vient dans les moments où l’on n’a rien à faire, quand le cerveau se met en mode « par défaut ». Laissez donc vos enfants s’ennuyer : apparaîtra créativité et imagination.

gal3.jpg

Etre un élève Haut Potentiel

slider4.jpg

Les élèves à Haut Potentiel touchent 2 à 3 % de la population scolaire en France. Les élèves avec trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDA/H) touche environ 4% des enfants. Contre toute attente, les élèves à haut potentiel sont très souvent en échec scolaire, ils peuvent également présenter des troubles du comportement dès la classe de maternelle. Difficulté de concentration, anxiété, impulsivité, impatience, provocation, agitation… Toutes ces particularités comportementales affectent profondément la vie sociale, scolaire et familiale de l’enfant. Elles ont de fortes conséquences sur la confiance et l’estime de soi. Leur précocité se manifeste plus particulièrement dans certains domaines (langage oral, lecture, mémoire, sens de la justice…).

L’enfant HP apprend généralement à lire très tôt voire avant le CP. Il lit beaucoup et pose des questions sur des sujets variés (univers, origine de l’homme, préhistoire, etc.). Il est brillant à l’oral mais maladroit à l’écrit (graphisme, devoirs très courts jugés superficiels…). En général il s’exprime dans un langage évolué pour son âge et fait preuve d’un esprit critique développé. Sa maladresse se manifeste également dans les activités manuelles ou sportives. Il manque souvent de méthode de travail.

Parfois agité, instable ou au contraire rêveur ou absent, l’élève à haut potentiel est hypersensible. (Mais un hypersensible n’est pas forcement HPi) Anxieux, il perd confiance, se dévalorise facilement. Malheureusement il a tendance à se conformer à la manière dont on le perçoit (cancre, paresseux, perturbateur…). Il ne partage pas les mêmes centres d’intérêt que les jeunes de son âge et recherche la compagnie des plus âgés. De ce fait, il se retrouve souvent isolé et pour être en accord avec son groupe, il peut masquer ses connaissances. Tout cela peut engendrer des troubles de l’humeur le conduisant à l’agressivité ou au contraire au repli sur soi.

Les Bénéfices

Mon accompagnement consiste à mettre en avant l’identité et la personnalité si riche et créative de votre enfant en lui donnant les clefs afin qu’il puisse par lui-même :

  • Reconnaître et accepter ses émotions

  • Se réapproprier son propre schéma corporel pour réinvestir son corps et ses sensations

  • Savoir évacuer, le stress, les tensions et la fatigue

  • Développer et renforcer ses capacités d’attention et de concentration

  • Valoriser, exploiter et mettre en avant ses forces

  • Retrouver un sentiment de sécurité intérieure

  • Apprendre à se détendre rapidement en toutes situations plus ou moins anxiogènes pour lui

  • Canaliser son énergie par des exercices de respiration

  • Développer une image positive de lui-même pour renforcer sa confiance

HP, DYS (troubles spécifiques des apprentissages), TDA/H

Souvent détectés par des professionnels habilités dès l’entrée en primaire,  les troubles DYS  affectent émotionnellement les enfants et adolescents concernés (dyslexie, dysorthographie, dyscalculie, dysgraphie, dyspraxie, dysphasie et dysexécutif).

Bien que chaque trouble soit différent, les enfants souffrant de troubles DYS ont au moins deux points communs : une grande perte de confiance en eux et un fort déséquilibre psycho-corporel.

Et finalement acquérir un apaisement physique et émotionnel. Pour retrouver confiance et estime en lui-même.

Toutes les séances de sophrologie que je propose aux enfants et aux ados HP, HPi et DYS se font au travers de jeux et d’exercices de relaxation simples et ludiques afin de faciliter leur apprentissage.

Les enfants et adolescents sont très réceptifs à la sophrologie. 

En seulement quelques séances et un peu d’entraînement, l’enfant ou l’adolescent va s’approprier les techniques de sophrologie lui permettant de mieux vivre sa différence au quotidien.

Etre heureux et serein, cela s’apprend.

Retour haut de page